C’est quoi la retraite de base ?

1404
Partager :

La retraite de base du régime général, créé en 1945, après la guerre, permet d’assurer une retraite universelle, une pension accessible à tous les travailleurs. Dans cet article, vous découvrirez ce que c’est que la retraite de base et comment elle marche.

La retraite de base : Qu’est-ce-que s’est et comment marche-t-elle ?

La retraite de base est la pension de retraite de premier niveau qui est obligatoire. Cette pension ne peut être perçue que par une personne qui a exercé une activité professionnelle ou qui a été affiliée à une ou plusieurs caisses de retraite.

A découvrir également : Les dessous de la profession : vivre l'expérience du travail en maison de retraite

La totalité de la pension correspond à l’addition de toutes les pensions obtenues par régime de retraite de base dans lequel l’assuré a cotisé au cours de sa vie professionnelle.

Il existe trois types de retraites : la retraite de base, la retraite complémentaire et la retraite supplémentaire.

A lire en complément : Comment bien préparer sa retraite : les étapes à suivre pour un départ serein

La retraite de base est à ce jour le régime le plus important de la Sécurité sociale. Ce régime concerne 14 millions de retraités.

À la fin de sa carrière, il est versé au travailleur, une pension de retraite de base de sa caisse de retraite. Sa catégorie socioprofessionnelle est tout aussi importante, car tous les travailleurs ne sont pas affiliés à la même caisse de retraite.

D’ailleurs, le même salarié peut être affilié à plus d’une caisse en même temps.

Principe de la retraite de base

Le régime général de la Sécurité sociale couvre en tout près de 18 millions de cotisants et 14 millions de retraités. Tous les salariés du secteur privé, cadres et non cadres, de même que certains dirigeants, comme les gérants minoritaires de SARL, y sont affiliés. Le montant de pension issu de ce régime appelé “de base” (contrairement aux régimes “complémentaires”) dépend de trois éléments, à savoir :

  • Le salaire annuel moyen,
  • Le taux de liquidation,
  • Le rapport entre la durée de cotisation à ce régime au cours de toute la vie professionnelle et celle exigée pour obtenir une pension sans décote, nommée durée de “référence”.
  • Plus ses différents éléments sont élevés, plus la pension est élevée.

Comment calculer la retraite de base ?

La retraite se calcule avec la formule qui suit :

Salaire annuel moyen × taux de liquidation × (durée de cotisation/ durée de référence) = montant de la retraite de base.

Toutefois, elle peut être majorée en tenant compte de votre situation personnelle (nombre d’enfants, incapacité de travail…). Vous avez atteint la durée de référence, et vous décidez de prolonger votre activité professionnelle au-delà de l’âge légal de départ. Dans ce cas, vous pouvez obtenir une gratification supplémentaire, appelée “surcote”.

Les modalités de cotisation pour la retraite de base

Les modalités de cotisation pour la retraite de base sont déterminées par le régime général d’assurance vieillesse. Effectivement, celles-ci varient selon que vous êtes salarié, travailleur indépendant ou fonctionnaire.

Pour les salariés du privé, les cotisations sociales correspondantes à leur régime de retraite obligatoire sont prélevées directement sur leur bulletin de paie chaque mois. Le taux global des cotisations s’élève à environ 28 % du salaire brut total.

En tant que travailleur indépendant, vous devez calculer et verser vous-même vos cotisations sociales auprès de l’Organisme Social des Indépendants (ex-RSI). Les montants qui y seront relatifs seront basés sur votre activité professionnelle ainsi que sur votre revenu estimatif annuel et ne peuvent être inférieurs à un seuil minimal fixé par la loi.

Quant aux fonctionnaires, ils participent aussi au financement des caisses de retraite pour obtenir une pension lorsqu’ils quittent définitivement le service public. Cette participation est prise en charge partiellement par l’employeur public et partiellement par le fonctionnaire lui-même.

Vous devez noter qu’il existe aujourd’hui différents dispositifs d’épargne-retraite permettant aux citoyens français, complémentairement avec leurs contributions obligatoires, d’épargner pour conforter leur future pension retraite tout en profitant d’avantages fiscaux.

Les différences entre la retraite de base et la retraite complémentaire

Il faut souligner que la retraite de base et la retraite complémentaire sont deux régimes différents, bien qu’ils soient souvent confondus. La retraite de base, comme nous l’avons vu précédemment, correspond à une pension versée par les organismes sociaux français afin d’assurer un revenu minimal aux personnes ayant travaillé en France.

En revanche, la retraite complémentaire, elle, est destinée à offrir des revenus supplémentaires aux futurs retraités. Elle est alimentée par les cotisations sociales obligatoires prélevées sur le salaire brut total du salarié ou du travailleur indépendant.

La principale différence entre ces deux régimes réside dans leur fonctionnement respectif : alors que la retraite de base assure simplement un niveau minimum de pension pour les personnes qui ont travaillé en France, sans tenir compte des années effectuées ni des cotisations versées ; la retraite complémentaire prend en compte les années et le montant des cotisations sociales versées ainsi que d’autres éléments tels que l’âge au moment du départ en retraite.

Il existe plusieurs organismes assurant la gestion et le versement des pensions liées à la retraite complémentaire. On peut notamment citer l’Agirc-Arrco, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), le Régime Social des Indépendants (RSI), et d’autres organismes spécifiques à certaines professions. Chacun de ces organismes dispose de règles spécifiques pour le calcul des pensions complémentaires, ainsi que pour les modalités de demande et de versement.

La retraite de base et la retraite complémentaire sont deux régimes distincts qui présentent chacun leur propre mode de fonctionnement. Il faut que les futurs retraités connaissent les particularités de ces deux types de régime afin qu’ils puissent anticiper au mieux leur future pension.

Partager :