Comment calculer sa part d’héritage ?

123
Partager :

Bien qu’encadré par la loi, le calcul des parts des héritiers d’un parent défunts peut faire objet de mésentente. Alors, il est nécessaire de bien connaitre les règles de détermination afin d’éviter toute conséquence éventuelle. Vous souhaitez calculer votre part d’héritage ? Voici comment vous pouvez procéder.

Détermination des parts d’héritage : facteurs à prendre en compte

La division des parts se fait en règle générale en parts égales. Principalement lorsque le nombre d’héritiers est connu d’avance, il est plus facile de procéder ainsi. Toutefois, il faudra prendre en compte certains éléments comme l’existence d’un conjoint survivant.

Lire également : Quel document pour renouvellement carte famille nombreuse ?

En réalité, selon le régime matrimonial de la communauté des biens, ce dernier est la personne prioritaire. Dans les autres formes de contrat, il fait également partie des héritiers privilégiés. Cela est d’autant plus important si le défunt n’a pas d’enfants légitimes, adoptés ou d’un autre lit.

Le premier facteur à prendre en compte est le nombre d’héritiers légaux. Ensuite vient le degré de proximité avec le défunt. Autrement dit, après les conjoints viennent les descendants, les ascendants et collatéraux privilégiés et les ascendants et collatéraux ordinaires.

A découvrir également : Comment faire une donation à sa fille ?

Les descendants comprennent les enfants, les petits et arrière-petits-enfants. Viennent ensuite les parents, les frères et sœurs du défunt, les grands-parents ou arrière-grands-parents, les oncles, tantes et cousins.

Calcul des parts de chacun des héritiers

Le principe est que les parts soient distribuées de façon égale entre les descendants, les ascendants et collatéraux. Dans le cas où le défunt a des descendants, la situation est simple. Ils sont les seuls qui reçoivent qui l’héritage à parts égales. Ainsi, on exclut les ascendants et collatéraux qu’ils soient privilégiés ou secondaires. On précise que les enfants se partagent les biens entre eux, les petits-enfants entre eux et les arrière-petits-enfants également.

Néanmoins, comme toute règle, celle-ci a des exceptions. En effet, en cas de décès de l’un des enfants du défunt, les enfants de celui-ci reçoivent sa part d’héritage.

Voici une simple illustration : un défunt Y a deux 3 enfants et leur laisse une part d’héritage estimée à 600 000 €. Chacun des enfants reçoit alors un montant de 200 000 €. Dans le cas où l’un de ces enfants décède, la part revient aux propres enfants de ce dernier, donc aux petits-enfants du premier défunt.

De même, lorsque le défunt n’a pas de descendance, ses parents, frères et sœurs, partagent la somme. Les parents en tant qu’ascendants héritent de la moitié et les autres comme collatéraux héritent également de la moitié. On obtient alors 300 000 € d’un côté et 300 000 € d’un autre.

En outre, en cas décès de l’un des ascendants privilégiés, l’autre ne reçoit que le ¼ des parts totales. Le reste revient aux collatéraux privilégiés. En leur absence, l’héritage revient aux ascendants et collatéraux ordinaires.

Partager :